Site de l’Union Sportive Gazelec PARIS Ile de France section subaquatique
Archives

Le Rubis

Histoire de l’épave

Le Rubis (H4, 202, P15) était un sous-marin mouilleur de mines de classe Saphir qui a servi dans la Marine nationale et dans les Forces navales françaises libres.

Le jour de l’armistice, le 22 juin 1940, le Rubis est basé dans le port de Dundee en Écosse. Sous l’impulsion de son commandant, il rallie les Forces navales françaises libres avec la quasi totalité de son équipage. Il fut nommé Compagnon de la Libération, en 1941 par le général de Gaulle.

Plus tard au cours de la guerre, le Rubis mouille des mines dans le golfe de Gascogne (1942/1943) et dans les eaux norvégiennes (1944).

Durant la seconde Guerre mondiale, le Rubis aura accompli 22 patrouilles opérationnelles, mouillant 683 mines, le Rubis a eu le plus long palmarès de bateaux ennemis des Forces navales françaises libres.

De 1946 à 1948, le Rubis est utilisé comme sous-marin école à Toulon.

Le Rubis a été désarmé le 4 octobre 1949 et coulé volontairement le 31 juillet 1958 pour éviter qu’un Compagnon de la Libération ne soit livré aux chalumeaux des ferrailleurs.
L’épave du Rubis repose à plat sur le sable par 41 mètres de fond entre Cavalaire et Saint-Tropez. Elle a d’abord été utilisée comme cible sonar par la Marine nationale,
puis est devenue un site de plongée réputé de la Méditerranée

Image du Rubis

Expedition Mai 2012

Comment tout a commencé ?

Quand vous avez déjà fait quelques « St Raph » avec le club, à un moment ou un autre vous avez forcément entendu parlé du Rubis.

Après quelques secondes à vous demander si les anciens du club n’avaient pas trouvé par hasard un grosse pierre précieuse au fond de l’eau (ils sont capables de vous raconter n’importe quoi, croyez moi),
vous comprenez qu’il s’agit d’une épave de sous-marin et que certains y ont plongé en partant de St Raphaêl. Et puis, porsqu’il s’agit de raconter l’expédition, on se demande qui en a fait partie, car tout le monde y va de sa petite anecdote, bonjour les mythos !

Notre N3 en poche, cette année c’est un « St Raph » explo pour PAB et moi! La décision est prise, cette fois on se le fait le Rubis!

L’enquête

Là ça commence à déchanter. Après avoir retrouvé les membres « authentiques » de la précédente expédition (et les avoir questionné avant l’apéro !), il faut bien se rendre à l’évidence: le Rubis c’est pas la porte à côté !
A tel point que plusieurs scénarios sont envisagés:

  • 2 bateaux trajet direct aller retour par la mer
  • 1 seul bateau puis des rotations entre le site et une plage
  • Tout le matériel transporté par la route jusqu’à une plage et des rotations…
  • On le fait pas !
  • On plonge avec un club privé ? Bôf ! Bôf !
  • Allez quoi ! On le fait !

Finalement on l’a fait!

L’oganisation

Après quelques heures la solution commence à se dessiner.

Déjà la météo est très bonne et pas de dégradation prévue dans la semaine (mer d’huile, soleil, tout est au beau fixe)

La majeure partie des motivés pour l’expédition est d’accord sur un point: « si c’est pour le faire avec un club privé en y allant en voiture, on perd tout du côté fun de l’organisation et du voyage en mer ».
Donc on ira en bateau et tout le monde sur les bateaux et avec le matériel. OK, P’tit Pierre ? OK ! OK, Jean Marc (chargé du planning général de la semaine, finallement Jean Marc ne viendra pas avec nous) ? OK . C’est dit !!

On commence à regarder les cartes marines (les cartes sont dans les boites d’accastillage, l’épave est à plus d’un mille au sud-est, est du cap Camarat), estimer le carburant nécessaire (et si on déjauge pas, on va mettre combien de temps ?), vérifier qui a le permis bateaux, etc…

Il reste quand même un truc qui nous gratte, de l’avis de tous et aussi d’internet, il y a souvent du courant sur le site. Les chances de trouver l’épave (même avec les coordonnées GPS) ne sont pas si élevées que çà

Surtout que les informations sur ces fameuses coordonnées GPS ne sont pas des plus claires…

Vient alors le soutien de Pierre V. Qui a de très bonnes relations avec Momo, et Momo sait exactement où est cette épave! et justement il plonge dessus le même jour que celui que l’on avait prévu!

Le rendez-vous est donné sur le site, on sera sûr de ne pas le manquer, Pierre V. est définitivement le Directeur de plongée !

Voici donc au final les principaux éléments d’organisation de la sortie:

  • 2 bateaux (le CC et le GV)
  • Le plein dans les bateaux + 3 jerricans supplémentaires de 20l
  • 2 GPS
  • 2 ou 3 téléphones portables
  • 9 plongeurs équipés (5 dans le CC et 4 dans le GV)
    • Michel M.
    • Pascale
    • Philippe C.
    • Gilbert
    • Pierre-Antoine
    • Pierre V. (DP)
    • Eric
    • Anissa
    • et Moi Steph
  • Le chef du Lion de mer nous offre la possibilité de prendre le petit déj avant l’ouverture et nous prépare des paniers repas pour la journée… trop cool!
  • Départ prévu le Jeudi 31/05/2012 au matin très tôt !

Le jour J

Schéma du Rubis

Lever 5:30! çà fait mal, surtout après la plongée de nuit! On est donc à la porte du Lion de mer à 5h45 mais cette fameuse porte est fermée! Heureusement, p’tit Pierre est là pour nous arranger le coup.

Les paniers repas et le pain nous attendent comme prévus, on est prêt pour le départ.
Le temps d’équiper les blocs et les bateaux, il est 7h15 quand on sort du port.

La mer est plate comme un lac, les bateaux déjaugent très bien et on s’éclate vraiment sur le trajet.

C’est le lever du soleil, il fait bon, tout le monde a oublié que l’on a dormi que quelques heures.

Arrivé sur le spot à 8:00 (45mn de trajet c’est 2 fois moins que ce que l’on avait prévu)

Le temps de boire un petit café et vers 8:30 le bateau de Momo se montre à l’horizon.

Tout le monde s’équipe le temps que 2 plongeurs de Momo plongent avec une gueuse et l’accroche à l’épave

On s’accroche à la bouée de Momo et y’a plus qu’a descendre le long du bout

Arrivé à 20m le sous-marin commence à se dessiner, c’est vraiment grandiose. Il est posé bien à plat sur un fond de sable et donc très visible… je vous laisse découvrir par vous même le reste de cette plongée vraiment géniale. 30mn au fond, le temps suffisant pour faire le tour complet de l’épave tranquilement en scrutant dans les trous. c’était vraiment le pied !

Tout le monde sur le bateau est enthousiaste, cela valait vraiment le coup.

Au retour une petite houle s’est levée (30cm) et nous mettrons environ 1h pour revenir au port.

Conclusion et conseils pour une prochaine …

Au final, on aura utilisé 30l d’essence dans le GV et 50l dans le CC (les participants à la virée ont mis quelques euros au pot)

A priori on aurait pu tenter à 6 personnes dans le CC mais pas plus

Passer à la capitainerie la veille pour confirmer la météo

Ne surtout pas oublier des sangles pour réunir les blocs entre-eux sur le bateau, ça bouge pas mal quand vous êtes à fond sur le trajet 😉 !

Les coordonnée GPS du site sont sur le GPS portable vert du club.

Plan de la côte

N 43°11,294′

E 6°42,038′

Ca n’a pas l’air très compliqué comme ça en lisant le résumé d’une superbe sortie plongée, mais on a eu beaucoup de chance, pas du tout de courant, une mer très calme, une grande visibilité… d’après l’expérience de ceux qui plongent régulièrement sur cette épave, c’était vraiment des conditions exceptionnelles, donc faite attention pour la prochaine, et prennez de la marge ! Bonne plongée !

Stéphane et Pierre-Antoine les heureux organisateurs de la virée 2012

Merci à tous ceux qui nous ont aidé par leurs conseils, leurs bras etc.